« L’envol du Flamant Rose », un livre sur le trouble bipolaire

« L’envol du Flamant Rose », un livre sur le trouble bipolaire

Un livre sur le trouble bipolaire. Oui, mais encore? Avec « L’Envol du Flamant rose », paru aux éditions Ex-Aequo, Jérôme Idelon signe un premier roman poétique, où l’amour filial et maternel règnent tout au long des pages.

Pour supporter les crises de Rose, sa maman, le jeune Théo, 10 ans, va faire preuve d’une imagination et d’une tendresse infinies.

Nous avons pu interviewer l’auteur qui, sans prétention mais avec conviction, nous a parlé de son œuvre : 

« J’ai 33 ans et je vis à Paris. J’ai fait deux tours du monde et, durant le second, j’ai dû rentrer en France à cause de la COVID. Enfermé dans mon appartement, je me suis mis à écrire jour et nuit pour continuer à voyager sans quitter mon appartement. J’ai terminé son écriture le dernier jour du confinement, après un mois et demi d’écriture intense.   

Je voulais raconter une histoire sur les sentiments humains. Le thème du trouble bipolaire s’y prêtait très bien. Avec cette maladie, on peut mourir de rire et mourir tout court en se donnant la mort, et ce la même journée. Cette maladie renferme en elle tout le spectre des émotions, de la joie à la détresse. Je voulais décrire la folie qui l’accompagne, douce et belle, en faire quelque chose de poétique et de tendre.

Théo vit un quotidien en huis clos avec sa maman et sa maladie, jusqu’au jour où les services à l’enfance veulent les séparer. S’aimant démesurément trop, ils décident alors de fuir tous les deux pour les semer. On suit pas à pas leur histoire, leur amour, et on regarde désarmé, la folie de la mère qui peu à peu les rattrape.

Des lecteurs m’ont expliqué que le livre les a émus aux larmes, parce qu’il y a des situations dramatiques. Mais racontées des yeux d’un enfant, celles-ci en deviennent en même temps drôles.

Avant d’écrire « L’Envol du flamant rose », je me suis abondamment documenté grâce à des reportages et des témoignages sur le trouble bipolaire. Le personnage principal « Rose Flamant » est un clin d’œil à la Belgique. Mon livre est truffé de jeux de mots. Humour, amour, c’est une histoire qui touche et qui bouleverse ».

Propos recueillis pas Franca Rossi

POUR EN SAVOIR PLUS :

Magnifique recueil de l’association niçoise « Le Phare des 2 Pôles »

Magnifique recueil de l’association niçoise « Le Phare des 2 Pôles »

Le Funambule entretient d’excellents contacts avec l’association niçoise « Le Phare des 2 Pôles ». Celle-ci  propose également des groupes de parole et des ateliers thématiques, où elle invite des intervenants du secteur de la santé mentale et autres (psychiatres, psychologues, assistants sociaux, etc.).

Comme nous l’avons fait il y a un an, l’association française a publié fin 2020 un recueil de témoignages intitulé « Espoirs : petit traité pour mieux vivre avec ses troubles bipolaires », aux éditions Digobar. Véronique Labedade, la présidente et fondatrice depuis 2015 du « Phare des 2 Pôles », nous parle de cette initiative.

« L’idée a germé après l’un de nos groupes de parole, au cours duquel les participants ont raconté ce qu’ils avaient mis en place pour mieux vivre avec leur trouble bipolaire. Des choses superbes ont été dites et, de là, est venue cette idée d’un projet collectif.

Nous avons organisé un atelier d’écriture et cinq personnes de l’association ont constitué un comité de lecture, qui a relu et approuvé les textes. Véronique Gendry, la secrétaire, a assuré le relais avec la maison d’édition. 

À ce jour, nous avons vendu près de 200 livres. Pour la petite histoire, c’est lors d’une journée sur le rétablissement et la réhabilitation organisée par l’hôpital Sainte-Marie que j’ai conversé avec la directrice de publication de la revue Santé Mentale qui menait les débats. Après lui avoir demandé si elle connaissait un éditeur pour nous, elle m’a orientée vers celui avec lequel nous avons collaboré, qui de par son ancien métier d’infirmier en psychiatrie s’est révélé sensible aux problématiques auxquelles nous sommes confrontés au quotidien.

Les textes de ce recueil sont très beaux et émouvants, car les auteurs et autrices se sont livrés avec sensibilité, pudeur et honnêteté. Ils se sont mis à nu, ont dévoilé une partie de leur vie. 

Nous avons eu un retour du Docteur Jean-Yves Giordana, psychiatre, qui nous a écrit un  message très sensible dont voici un extrait :

« Tout au long de cet ouvrage, on sent bien chez tous, cette détermination à reprendre le contrôle de sa vie et à retrouver le pouvoir d’agir dans une recherche d’épanouissement personnel et de possibilité de se réaliser. Nul doute que la réalisation de cette œuvre collective aura pour chacun un impact positif par son aspect valorisant de nature à renforcer l’estime de soi. Encore BRAVO pour avoir mené à bien ce chantier qui témoigne du succès de votre entreprise avec la création de votre association dont vous pouvez être très fière.”.

Malgré cette période compliquée due à la crise sanitaire, notre ouvrage continue à tisser des liens et à renforcer la solidarité entre nous. Bon nombre d’adhérents sont en effet restés fidèles à l’association. Vivement que l’on puisse se retrouver en présentiel, reprendre nos sorties culturelles et notre excursion annuelle, qui nous sort de notre quotidien pour découvrir un bel ailleurs.

L’Association continue sa mission, qui est de rompre l’isolement et d’aller vers l’autre ».

Propos recueillis par Franca Rossi

ACHETER LE RECUEIL DE TEMOIGNAGES 

« Espoirs : petit traité pour mieux vivre avec ses troubles bipolaires » est disponible sur le site de la FNAC, Amazon et sur le site des libraires, comme Masséna à Nice.

Livre « Troubles psychiques : la parole aux familles »

Livre « Troubles psychiques : la parole aux familles »

L’idée de ce livre gratuit édité par l’UNAFAM est de donner à entendre votre voix de familles, d’amis quelle que soit votre place (parents, conjoints, frères/sœurs, enfants…) dans l’entourage de celui qui vit avec une maladie psychique.

« Les schizophrénies, les troubles bipolaires, les dépressions résistantes, les troubles anxieux compulsifs sont des maladies que vous ne connaissiez pas jusqu’au jour où des troubles ont envahi la vie de votre proche… où un diagnostic a été posé.

Vous avez compris que plus rien ne serait comme avant. La colère est grande lorsque nous sommes confrontés à notre impuissance pour soulager la douleur de l’autre. Il faut du temps pour sortir de l’isolement dans laquelle la maladie enferme.

Pour faire face, vous avez cherché de l’aide pour votre proche et pour vous. »

Une autre publication de l’UNAFAM pourrait aussi vous intéresser : « L’indispensable ».

 

 » Living with a Black Dog: His Name Is Depression », Matthew Johnstone

 » Living with a Black Dog: His Name Is Depression », Matthew Johnstone

Voici un ouvrage en anglais sur la dépression, une des facettes de la bipolarité. Un guide émouvant et réfléchi pour les proches vivant avec une personne souffrant de dépression.

« Vivre avec un chien noir « est le guide illustré de Matthew et Ainsley Johnstone pour les partenaires, la famille, les amis et les collègues de personnes souffrant de dépression.

Vous y trouverez des conseils pratiques pour reconnaître les symptômes de la dépression chez un être cher, vivre avec une personne déprimée et l’aider à apprivoiser son « chien noir ».

Matthew et Ainsley fournissent également des conseils sur l’auto-préservation pour les soignants. 

Livres pour enfants sur la bipolarité

Livres pour enfants sur la bipolarité

Comment expliquer la bipolarité aux enfants ? Nous avons sélectionné pour vous des ouvrages destinés aux enfants. Ils pourraient aussi convenir aux adolescents. Car tout ce qui vaut pour les petits le vaut aussi pour les plus grands.

Bonne lecture !

« D’un soleil à l’autre », Aurélie Marchal

un soleil a autre bipolarite

Ce livre raconte de manière poétique l’histoire d’une petite fille dont la mère souffre de troubles bipolaires. « D’un soleil à l’autre » a été validé par deux psychologues pour enfants. Il est délicatement illustré.

Prix coup de cœur d’OCIRP Handicap.

Acheter le livre

« Maman n’est plus comme avant », K. M’Bailara, M. Thomas, L. Zanouy, L. Bergeron

maman plus comme avant bipolarite

A travers les yeux d’Alexis, on découvre la maladie de sa maman. Alexis est inquiet, sa maman est parfois très triste et parfois excitée comme une puce. Comment faire face à la bipolarité d’un de ses parents ? Le jeune lecteur pourra facilement s’identifier au héros. Cette publication d’un centre de recherche canadien sur la santé mentale est une référence à mettre dans les mains des enfants qui rencontrent des situations similaires. 

Edition Dominique Et Cie, Collection Une Histoire Sur (dès 3 ans)

Acheter le livre

​« Ce que les enfants veulent savoir … lorsqu’un de leurs parents a un trouble bipolaire »

Dans cette publication, vous trouverez des outils afin de faire comprendre la bipolarité aux enfants. Ils se posent en effet des questions auxquelles il n’est pas toujours facile de répondre. Vais-je aussi devenir bipolaire ? Comment aider papa/maman pour aller mieux ? Ce guide où vous trouverez des pistes pour les rassurer a été réalisé par le CAMH, Le Centre de toxicomanie et de santé mentale. Il s’agit du plus grand hôpital d’enseignement au Canada et l’un des plus importants centres de recherche au monde en santé mentale.

Lire la publication

Vous connaissez d’autres livres pour enfants sur les troubles psychiques ? N’hésitez pas à nous en parler en commentaire. Merci. 

« La bipolarité ? Tranches de vie », livre de Vincent de Wouters

« La bipolarité ? Tranches de vie », livre de Vincent de Wouters

Vincent de Wouter, membre de l’asbl Le Funambule témoigne à propos de sa belle et nouvelle expérience d’auteur. Il nous parle de son livre, « La bipolarité ? Tranches de vie », paru aux éditions L’Harmattan.

« Avant de penser à publier ce livre, l’écriture était pour moi un outil thérapeutique qui m’a permis d’accepter les épreuves de la vie, une manière de déposer ma souffrance, comme on le fait aux groupes de parole, pour partager avec les autres et avec moi-même.

J’écrivais déjà depuis 1997 et j’ai pris goût à ce moyen d’expression.. Le 12 décembre 2012, j’ai eu une inspiration très forte, je me suis donc installé devant mon ordinateur et j’ai écrit 95 pages, pendant 24 heures d’affilée.

J’ai laissé ce texte de côté et, en décembre 2018, je me suis dit que ça pouvait faire un bon livre mais à retravailler pour qu’il soit constructif, positif. Il parle des années 1997 à 2012 et, dans la première version, je réglais mes comptes sur les plans professionnel et familial. Sur conseil de personnes qui ont relu le manuscrit, j’ai supprimé certains passages mais, si je ne les avais pas écrits, je ne crois pas que j’aurais pu être dans l’acceptation de ces épreuves.

Maintenant, dans sa version publiée, mon livre est éducatif et informatif, en plus d’être un récit de vie. J’y explique par exemple les différents types de bipolarité. Le lire fera du bien aux personnes directement concernées, à leurs proches mais aussi au lecteur lambda. On parle du trouble bipolaire essentiellement dans des articles, avec une approche moins approfondie du sujet et je crois que témoigner en racontant son vécu dans un ouvrage spécifique peut apporter un plus.

Il sera utile pour mes proches aussi parce que, même s’ils connaissent les événements qui ont marqué ma vie durant cette période de 15 ans, c’est comme si je leur donnais un décodeur pour les aider à mieux comprendre ce qui m’est arrivé.

A la fin de mon livre, je parle de ma vie actuelle, de mes activités au sein du Funambule, pour les personnes bipolaires et leurs proches et à En Route, où je suis pair-aidant.

Je terminerai en disant que tout se passe très bien avec mon éditeur, une large diffusion est programmée dans toute la francophonie et, plus tard, il devrait y avoir une traduction en néerlandais et en anglais. Mon titre au départ était « Tranches de vie d’une bipolarité assumée » mais ils ont trouvé que celui qu’on a choisi est plus accrocheur. Je remercie les personnes qui ont relu mon manuscrit, dont ma maman. Mon père est en train de le lire très discrètement … »

Interview réalisée par Franca Rossi