COVID et santé mentale : « Le contact et le lien seront nos remèdes », Jean-Marc Priels

COVID et santé mentale : « Le contact et le lien seront nos remèdes », Jean-Marc Priels

L’impact de la crise sanitaire sur la santé mentale des citoyens fait l’objet de reportages et études. Détresse et dépression en sont les constats saillants et concernent l’ensemble de la population. Le besoin de lien social se révèle criant. Interview de Jean-Marc Priels, psychothérapeute.

Une étude de l’UCLouvain et de l’UAntwerpen, portant sur les mois d’avril à novembre 2020, révèle des chiffres inquiétants : sur les 6.337 personnes interrogées, en mars-avril (en plein lockdown), près d’un citoyen sur deux a été mesuré en état de détresse psychologique. C’était le cas d’une personne sur trois en juin, mais à l’automne, en pleine seconde vague, on revenait aux statistiques de mars-avril.

Pour évoquer cet état de crise psychologique et sociale, nous avons interviewé Jean-Marc Priels, psychologue clinicien et psychothérapeute à la Clinique Sans Souci et au Nouveau Centre Primavera, facilitateur du groupe de parole du Funambule à Jette.

Jean-Marc

« La crise sanitaire a eu un impact considérable sur la santé mentale de tout un chacun comme de la société dans son ensemble. C’est un peu comme si nous avions été soumis, sans préparation, à une anxiété traumatique collective. Nombreuses étaient les personnes qui ont ressenti, même à leur insu, comme un état de sidération face à l’ampleur de la crise. L’impact était personnel autant que mondialisé.

Reliance, alliance, déliance

Je voudrais aborder ici trois axiomes sociologiques qui ont été fragilisés. La première est celle de la reliance psychologique et sociale. Il s’agit de l’harmonie dans le lien que l’on entretient avec soi-même et avec les autres. Ces dimensions ont été questionnées par la problématique de la distanciation sociale. La crise a aussi impacté d’autres axes de reliance : physique avec notre corps, culturelle, écologique avec la nature et spirituelle ou religieuse …

La deuxième notion, est celle de l’alliance, ce besoin que l’on ressent de se lier aux autres et qui, chacun le ressent, est mis à mal dans le contexte actuel. Le troisième concept, c’est la déliance, c’est-à-dire la coupure entre soi et les autres, la rupture. La mort en est la réalité ultime. N’oublions pas que pas mal de couples se sont séparés durant cette crise, les violences intrafamiliales ont parfois affecté des enfants, les relations employeurs-employés, enseignants-enseignés ont été modifiées, etc. La préservation des rapports humains avec les autres demande une adaptation continue. Si nos cartes de banque sont désormais sans contact, il est facile de constater qu’une réelle fracture sociale et numérique ne comble pas notre besoin de vraies relations. Un climat général d’érosion du lien social technicisé capte nos habitudes et nos comportements.

Notre monde a grand besoin d’une politique relationnelle basée sur le contact, la confiance et la présence. Le contact et le lien seront nos remèdes ».

Propos recueillis par Franca Rossi

Rencontre avec Claire, communicante au Funambule

Rencontre avec Claire, communicante au Funambule

Solidarité, convivialité et partage sont au cœur des missions de Claire, administratrice au Funambule. Elle participe à améliorer la communication de l’ASBL. En septembre 2020, Claire a d’ailleurs créé un groupe de soutien sur Facebook, qui compte à ce jour près de 130 membres. Retour sur cette belle aventure.

« Quand je me suis intéressée au Funambule, j’ai consulté le site internet et la page Facebook, deux supports de communication que je trouvais de qualité. Mais j’ai constaté qu’il y avait peu de commentaires sur Facebook et une réflexion est née… Quand on a un trouble bipolaire, on n’a pas forcément envie que des amis Facebook soient au courant. Par contre, Facebook est un beau moyen de pouvoir échanger à ce propos. Les groupes privés sur Facebook offrent la possibilité de discuter dans un espace plus confidentiel. En effet, les publications et commentaires ne sont pas publics.

« Et si on lançait un groupe privé sur Facebook ? »

Je suis membre de groupes français sur la bipolarité et je me suis dit : pourquoi pas un groupe privé belge ? J’ai donc créé cet espace de communication entre pairs et avec les proches de personnes vivant avec un trouble bipolaire.

La gestion au quotidien : plaisir et rigueur

Gérer ce groupe privé est un plaisir pour moi. Depuis les débuts des réseaux sociaux, j’ai tout de suite apprécié cet outil et suis à l’aise en tant que community manager. Tous les jours, je valide les demandes d’adhésion. Les nouveaux membres sont acceptés s’ils répondent à deux questions :  1. Quel est votre lien avec la bipolarité. 2. Acceptez-vous les règles du groupe (confidentialité et respect des autres) ? Il est en effet important à mes yeux que ce groupe soit bienveillant, que tout le monde s’y sente bien.

Une animatrice et des membres actifs !

Les personnes qui nous rejoignent peuvent poser les questions qu’elles souhaitent. Les contacts permettent de briser la solitude et d’obtenir un soutien. En effet, les groupes de parole du Funambule ne se déroulent pas tous les jours et, ici, les membres peuvent intervenir à tout moment. Il y a une dizaine d’habitués qui postent des commentaires plusieurs fois par semaine. Pour favoriser l’expression et instaurer une ambiance conviviale, je poste par exemple des publications sur le trouble bipolaire, des sondages sur l’humeur du moment des membres. Nous avons aussi un chouette petit rendez-vous hebdomadaire : « le mot de la semaine ». Les membres sont libres de commenter ou pas, cela ouvre le champ des possibles. Le mot « identité », par exemple, avait donné lieu à de nombreuses réactions. Je réponds à des commentaires au nom du Funambule mais aussi, parfois, en mon nom propre, quand des thèmes me touchent de façon plus personnelle.

Des « salons » pour discuter en vidéo

J’ai récemment lancé un salon de conversation : on se confie, on parle de tout. On rit beaucoup aussi ! Le concept rejoint celui des groupes de parole mais est différent. Dans les deux cas, on est entre personnes bienveillantes, qui savent ce qu’est la bipolarité puisqu’elles la vivent, en tant que proche aussi. Ce qui me ravit, ce sont les initiatives qui voient le jour comme celle, récente, d’une dame qui a proposé des balades. D’autres ont suivi. C’est super !

Des idées pour mieux faire connaître Le Funambule 

Depuis que je suis au Funambule, j’apprécie énormément la latitude que l’on me donne pour mettre en place les quelques idées que j’ai eues. J’ai par exemple suggéré qu’on change de nom de domaine (anciennement, le site était : www.infofunambule.be). Chose faite (www.bipolarite.org) : j’ai épaulé Steve dans la refonte du site. Puis, j’ai proposé un blog. La semaine passée, j’ai lancé la page LinkedIn sous les bons conseils de Jean-Marc. Je rêve aussi que Le Funambule communique via un Instagram. Ah, et une autre idée germe dans mon esprit : créer un concept « Fun en Bulle ». Suite à une discussion avec le réalisateur de The 108 Journey, Hugo Rozon, on s’est dit que ce qui manque dans le « monde » de la bipolarité, ce sont, outre les groupes de parole, des espaces pour vivre d’autres choses… C’est un peu dans l’esprit des balades, ce serait des activités pour les personnes bipolaires et leurs proches, ouvertes à tous, mais un peu encadrées. Je vois bien un barbecue, une sortie à un concert, partager un moment autour d’un repas ou encore la descente de la Lesse en kayak. Du fun, quoi !

Propos recueillis par Franca Rossi

Interview de Tommy Thiange, coordinateur du Réseau Nomade

Interview de Tommy Thiange, coordinateur du Réseau Nomade

Tommy Thiange prend la parole. Il est le coordinateur du Réseau Nomade, réseau d’associations issues de divers secteurs (santé, santé mentale, précarité, assuétudes et travail du sexe).

« Le Réseau Nomade a été créé en 2001 et est une émanation de l’ASBL DUNE. Des associations des secteurs de la santé mentale, de la précarité et des assuétudes se sont rencontrées pour réfléchir à la manière d’intégrer au mieux les bénéficiaires dans le fonctionnement de leur organisation. Le Réseau rassemble actuellement une quinzaine d’associations impliquées dans la participation des pairs. La diversité des secteurs représentés et des pratiques abordées en font un réseau très éclectique dans son approche. 

 

Nous travaillons à mettre en valeur le travail de nos membres et suivons de près l’actualité de la participation. Il est toujours intéressant d’aller s’inspirer de ce qui se fait ailleurs, par exemple dans les comités de patients d’hôpitaux ou des associations d’usagers dans le domaine des maladies chroniques. On reste curieux et ouvert à tout ce qui peut être mis en place pour intégrer les pairs et valoriser le parcours de chacun. 

 

Nous organisons des événements comme, en septembre dernier, des rencontres sur le thème « Pair aidance et pratiques participatives : le vécu au centre du secteur social-santé ». Une initiative co-organisée avec le SMES et En Route. Il s’agissait d’une première étape qui s’inscrit dans un cycle d’activités programmées durant toute l’année 2021.

 

Quatre fois par an, nous proposons aussi les Midis Nomade, où un intervenant présente un projet participatif et s’en suit un moment de questions-réponses.

Je voudrais aussi mettre en valeur notre site web  qui propose un agenda, des ressources théoriques et un répertoire d’expériences participatives. C’est un outil de communication à part entière, la « colonne vertébrale du réseau ».

 

Nous invitons quiconque qui aurait envie d’échanger ou d’être soutenu, conseillé dans sa démarche de participation à nous contacter !

Et bien sur, n’hésitez pas à nous suivre sur la page Facebook du Réseau Nomade.

Propos recueillis par Franca Rossi

Interview de Yahyâ Hachem Samii , directeur de la Ligue Bruxelloise pour la Santé Mentale asbl

Interview de Yahyâ Hachem Samii , directeur de la Ligue Bruxelloise pour la Santé Mentale asbl

Toujours dans l’intention de faire découvrir les institutions actives dans le secteur de la santé mentale, Yahyâ Hachem Samii , directeur de la « Ligue Bruxelloise pour la Santé Mentale asbl » prend la parole.

« Elle a été créée en 1977 et elle émanait de la Ligue nationale d’hygiène mentale, fondée en 1922. Nous proposons à nos 52 institutions membres un lieu, un carrefour permettant aux acteurs du secteur de la santé mentale et de nombreux autres secteurs (aide à la jeunesse, maisons de repos, justice…) de partager sur leurs pratiques. Nous menons donc un long travail de concertation, notamment par des groupes de travail : adolescence, logopèdes, personnes âgées, assistants sociaux, … Nous organisons aussi des séminaires, des colloques et proposons des publications thématiques.


Nous avons une mission beaucoup plus récente, fédérer les 24 services de santé mentale bruxellois qui dépendent de la Commission communautaire française (COCOF) et établir des liens avec d’autres fédérations, comme les centres de planning, les soins palliatifs, les maisons médicales, les soins à domicile, les services sociaux… Il s’agit donc d’un travail intersectoriel, qui repose sur le partage des constats et l’identification d’enjeux communs.


Nous représentons également nos membres auprès des autorités politiques. Par exemple, nous avons remis un rapport à la COCOF quant à l’impact de la crise sanitaire sur la santé mentale. La situation s’est en effet aggravée durant le deuxième confinement, les différents publics expriment leurs difficultés, la précarité est encore plus présente que lors du premier confinement ».

Interview réalisée par Franca Rossi

POUR EN SAVOIR PLUS :

Page Facebook de la LBSM

Interview de Sylvie Detaille du « Réseau Norwest »

Interview de Sylvie Detaille du « Réseau Norwest »

En Région bruxelloise, les institutions actives dans le secteur de la santé mentale ne manquent pas et présentent une grande diversité.Sylvie Detaille, coordinatrice du Réseau Norwest, prend la parole.

« Nous sommes une des 4 antennes du Réseau santé mentale bruxellois (communément appelé réseau « psy 107 »), avec Rézone, Hermès + et Bruxelles-Est. Notre Réseau a été créé en 2015, à l’initiative de plusieurs professionnels du soin (issus notamment de la clinique Sans Souci et d’une petite dizaine de services ambulatoires), d’usagers et de proches. L’objectif était d’assurer une meilleure coordination des soins et de favoriser l’intégration sociale de personnes souffrant de troubles, en mobilisant les ressources sur un territoire donné.  Les acteurs se sont rendu compte qu’il manquait un lieu d’accueil bas seuil basé sur la participation et l’empowerment et ils ont donc créé le Club Norwest. Tout le monde y est le bienvenu !

Le Réseau comptait au début une quinzaine de partenaires, il y en a maintenant soixante, de différents secteurs. Nous faisons en sorte de mettre en lien les acteurs de première ligne du psycho-médico-social, en organisant des journées d’études, des « déjeuners Réseau », des supervisions et intervisions entre des équipes pluridisciplinaires des maisons médicales et de services spécialisés en santé mentale. Le but est de favoriser au final un dépistage du trouble plus précoce et de permettre une prise en charge plus rapide et coordonnée, si nécessaire.

Nous travaillons aussi à implanter dans les quartiers des espaces de résolution de situations complexes individuelles (« concertations de quartier ») à l’image de ceux développés au sein des conseils locaux de santé mentale en France. 

Pour cela, nous devons rassembler, dans une démarche de travail en réseau, des acteurs spécialisés en santé mentale, des acteurs sociaux et tout autre acteur concerné par l’accompagnement d’une personne (agents de prévention, acteurs du logement, insertion socio-professionnelle, etc.) qui vont analyser les situations spécifiques, pour élaborer des solutions concertées.

Nous voulons que les intervenants sociaux ne soient plus livrés à eux-mêmes et qu’à terme, les personnes puissent recevoir de l’aide adaptée au plus proche de leur milieu de vie. 

Nous travaillons actuellement notamment avec la participation du Funambule, à la mise en place d’un comité des personnes concernées par les troubles de santé mentale afin que les usagers et les proches soient partie intégrante des projets du Réseau. »

                        Interview réalisée par Franca Rossi

POUR EN SAVOIR PLUS:

Page Facebook du Réseau Norwest