Connaissez-vous l’Open Dialogue ou Dialogue Ouvert, cette approche initialement développée en Laponie Occidentale, Nord-Finlande ?

Pour en savoir plus, nous donnons la parole à Alizaris Hublet, une des cinq coorganisatrices d’Open Dialogue en Belgique francophone, « OD for BE ».

« C’est Luc De Bry qui a découvert cette pratique lors d’un séjour en Laponie Occidentale. Il nous a parlé des quatre documentaires de Daniel Mackler sur la guérison de psychose, schizophrénie et bipolarite et traduits en 24 langues. 

L’Open Dialogue Therapy repose sur sept principes de base. D’abord, le premier principe, c’est une aide immédiate, dans les 24 heures qui suivent l’appel téléphonique de demande d’aide, et deux ou trois personnes de l’équipe se rendent à domicile. Le deuxième principe, c’est un accompagnement en réseau impliquant la famille et le réseau social de chaque souffrant.

Troisième principe, la flexibilité et la mobilité : le nombre de personnes présentes en réunion peut fluctuer. Quatrième principe, la responsabilité : c’est toujours la même équipe qui soutiendra le souffrant et sa famille.

Le cinquième principe garantit le support psychologique continu des personnes accompagnées. Le sixième principe, c’est la tolérance de l’incertitude, pas de solution clé-sur-porte. Et enfin, le septième principe : le dialogue et la polyphonie avec une hiérarchie aplatie afin que toutes les voix soient entendues. 

Pour mieux faire connaître l’Open Dialogue Therapy, nous avons co-organisé trois formations de deux jours et la quatrième est pour fin mars 2021. Ces formations s’adressent aux souffrants, aux proches et aux professionnels.
Au total, nous avons accueilli 150 participants, de Belgique, Martinique, France, Maroc et Australie. Nous nous entraînons à l’Open Dialogue trois fois par semaine et, à un stade exploratoire, nous soutenons quelques souffrants. Pour l’instant, huit Belges suivent une formation approfondie à OD. Cette approche est en cours de diffusion dans 20 pays différents ».

Luc De Bry, l’initiateur d’OD for BE, nous a communiqué quelques données qui permettent de mieux mesurer l’impact de cette innovation. Il cite les publications académiques rapportant qu’en 2 à 5 ans de thérapie, il y a 80 à 85% de guérison de psychose, schizophrénie, bipolarité, et pas de rechute.  A peine 17% des patients se voient prescrire des psychotropes.  Et les guéris sont tous dans des études ou un travail à temps plein et payent leurs taxes.

En conclusion de ce dossier, l’ayant vu de ses propres yeux, Luc nous confirme : « En Laponie Occidentale, avec un tel taux de guérison, les lits des hôpitaux psychiatriques sont vides, ce qui est bénéfique autant pour les patients et leurs familles que pour les payeurs d’impôts : La « Open Dialogue Therapy » guérit et coûte vingt fois moins cher que la psychiatrie, en effet ».

Propos recueillis par Franca Rossi

POUR EN SAVOIR PLUS : www.esperances.org

Page Facebook d’Open Dialogue

Share This