L’Approche centrée sur la personne de Carl Rogers : une inspiration pour les groupes de parole

L’Approche centrée sur la personne de Carl Rogers : une inspiration pour les groupes de parole

L’ASBL Le Funambule organise des groupes de parole destinés aux personnes vivant avec un trouble bipolaire et leurs proches. Afin de faciliter ces moments, les bénévoles de l’équipe s’inspirent, notamment, de l’Approche centrée sur la personne de Carl Rogers.

Carl Rogers (1902-1987) est l’auteur du livre intitulé « Les groupes de rencontre » (Dunod). Il compte parmi les psychothérapeutes les plus influents de son époque et l’Approche centrée sur la personne qu’il a développée est enseignée partout dans le monde.

Les principes de la relation d’aide et de la psychothérapie qu’il a mis en évidence ont fait l’objet d’une intense recherche scientifique de validation quant à leur efficacité. Entre la psychanalyse et la thérapie comportementale de l’époque, la Psychothérapie selon l’Approche centrée sur la personne s’est profilée comme une troisième voie.

Carl Rogers : une des sources principales de la psychothérapie humaniste

La Psychothérapie centrée sur la personne et expérientielle (PCPE) découle des travaux de ce psychologue américain. Il est convenu que la Thérapie centrée sur la personne est née le 11 décembre 1940 à l’issue d’une célèbre conférence prononcée à l’Université du Minnesota, au cours de laquelle il a présenté de nouveaux concepts pour la psychothérapie.

Carl Rogers a enseigné aux universités d’Ohio, du Minnesota, de Chicago, du Wisconsin et a terminé sa carrière à San Diego/La Jolla en Californie où il a fondé le CSP (Center for Studies of the Person).

Il est décédé alors qu’il venait d’être nominé pour le Prix Nobel de la Paix.

Jean-Marc Priels

EN SAVOIR PLUS

Magnifique recueil de l’association niçoise « Le Phare des 2 Pôles »

Magnifique recueil de l’association niçoise « Le Phare des 2 Pôles »

Le Funambule entretient d’excellents contacts avec l’association niçoise « Le Phare des 2 Pôles ». Celle-ci  propose également des groupes de parole et des ateliers thématiques, où elle invite des intervenants du secteur de la santé mentale et autres (psychiatres, psychologues, assistants sociaux, etc.).

Comme nous l’avons fait il y a un an, l’association française a publié fin 2020 un recueil de témoignages intitulé « Espoirs : petit traité pour mieux vivre avec ses troubles bipolaires », aux éditions Digobar. Véronique Labedade, la présidente et fondatrice depuis 2015 du « Phare des 2 Pôles », nous parle de cette initiative.

« L’idée a germé après l’un de nos groupes de parole, au cours duquel les participants ont raconté ce qu’ils avaient mis en place pour mieux vivre avec leur trouble bipolaire. Des choses superbes ont été dites et, de là, est venue cette idée d’un projet collectif.

Nous avons organisé un atelier d’écriture et cinq personnes de l’association ont constitué un comité de lecture, qui a relu et approuvé les textes. Véronique Gendry, la secrétaire, a assuré le relais avec la maison d’édition. 

À ce jour, nous avons vendu près de 200 livres. Pour la petite histoire, c’est lors d’une journée sur le rétablissement et la réhabilitation organisée par l’hôpital Sainte-Marie que j’ai conversé avec la directrice de publication de la revue Santé Mentale qui menait les débats. Après lui avoir demandé si elle connaissait un éditeur pour nous, elle m’a orientée vers celui avec lequel nous avons collaboré, qui de par son ancien métier d’infirmier en psychiatrie s’est révélé sensible aux problématiques auxquelles nous sommes confrontés au quotidien.

Les textes de ce recueil sont très beaux et émouvants, car les auteurs et autrices se sont livrés avec sensibilité, pudeur et honnêteté. Ils se sont mis à nu, ont dévoilé une partie de leur vie. 

Nous avons eu un retour du Docteur Jean-Yves Giordana, psychiatre, qui nous a écrit un  message très sensible dont voici un extrait :

« Tout au long de cet ouvrage, on sent bien chez tous, cette détermination à reprendre le contrôle de sa vie et à retrouver le pouvoir d’agir dans une recherche d’épanouissement personnel et de possibilité de se réaliser. Nul doute que la réalisation de cette œuvre collective aura pour chacun un impact positif par son aspect valorisant de nature à renforcer l’estime de soi. Encore BRAVO pour avoir mené à bien ce chantier qui témoigne du succès de votre entreprise avec la création de votre association dont vous pouvez être très fière.”.

Malgré cette période compliquée due à la crise sanitaire, notre ouvrage continue à tisser des liens et à renforcer la solidarité entre nous. Bon nombre d’adhérents sont en effet restés fidèles à l’association. Vivement que l’on puisse se retrouver en présentiel, reprendre nos sorties culturelles et notre excursion annuelle, qui nous sort de notre quotidien pour découvrir un bel ailleurs.

L’Association continue sa mission, qui est de rompre l’isolement et d’aller vers l’autre ».

Propos recueillis par Franca Rossi

ACHETER LE RECUEIL DE TEMOIGNAGES 

« Espoirs : petit traité pour mieux vivre avec ses troubles bipolaires » est disponible sur le site de la FNAC, Amazon et sur le site des libraires, comme Masséna à Nice.

L’Equipe Mobile Prévention Soutien Aidance : un allié pour les aidants proches

L’Equipe Mobile Prévention Soutien Aidance : un allié pour les aidants proches

Cette équipe multidisciplinaire propose un accompagnement centré sur l’impact de l’aidance au sein des relations familiales.  Découvrez les services de l’Equipe Mobile Prévention Soutien Aidance (EMPSA).

En cette période de crise sanitaire, les jeunes aidants et les aidants vivent un stress particulier. Ils sont davantage sollicités et isolés. Vous êtes dans cette situation et souhaitez être informé et obtenir de l’aide ? L’EMPSA peut intervenir dès l’hospitalisation de la personne aidée ou à tout moment charnière dans l’évolution de la situation d’aidance à domicile.

Une équipe à votre écoute

L’EMPSA, se sont des psychologues, assistant.e sociale et infirmier.e. Ils travaillent en réseau avec les proches, les structures médicales, sociales et éducatives et tout acteur qui participe au soutien des jeunes aidants et des aidants. L’EMPSA est centrée sur la cellule familiale avec une attention particulière sur les jeunes aidants et les aidants.

Elle se déplace à domicile dans les 19 communes bruxelloises. Elle vous propose un accompagnement suite à l’apparition ou à l’aggravation d’une situation de dépendance d’un des membres de la famille.

Accompagnement proposé par l’EMPSA

  • Évaluer la situation globale de la famille
  • Écouter les besoins des jeunes aidants et des aidants proches
  • Prévenir l’impact de l’aide sur les relations et la santé
  • Éviter l’isolement relationnel et affectif
  • Aider à l’organisation et à la répartition des tâches suite à la dépendance
  • Favoriser l’autonomisation des jeunes aidants et des aidants
  • Identifier les sources d’épuisements possibles
  • Proposer des formules de soutien et de répit
  • Informer la famille des aides existantes et de leur mise en place
  • Évaluer régulièrement l’accompagnement et les adaptations proposées

CONTACT

Tel. : 02/474.02.35

Email : equipemobile@jeunesaidantsproches.be

Site internet 

Adresse : 578, Boulevard de Smet de Naeyer 1020 Bruxelles

Le vécu des patients avec le médecin conseil : participez à la rencontre – LUSS – Solidaris

Le vécu des patients avec le médecin conseil : participez à la rencontre – LUSS – Solidaris

Durant la crise sanitaire, l’organisation des consultations avec les médecins-conseils de la mutualité Solidaris a dû s’adapter. Comment se sont noués les contacts avec le médecin conseil ? Quelle a été la qualité de cette relation ? La parole est à vous !

Vous êtes invités le 9 mars 2021 de 10h à 11h30 à participer à une rencontre avec SOLIDARIS, organisée par la LUSS, fédération francophone des associations de patients et de proches et le porte-parole des usagers des services de santé.

La LUSS a été sollicitée par la directrice des médecins-conseil de SOLIDARIS pour participer, avec des représentants d’associations de patients, à une rencontre le 9 mars 2021 de 10h à 11h30 par TEAMS. Cette rencontre portera sur le vécu des patients avec le médecin conseil pendant la crise sanitaire (depuis mars 2020 jusqu’à maintenant).

Votre avis a de l’importance

Pour la LUSS, la participation de patients semble essentielle pour mettre en évidence ce qui a bien fonctionné et ce qui a posé problème lors des consultations à distance ou par téléphone avec le médecin conseil, pendant la crise sanitaire.

« Nous pensons que l’éventuelle expérience des membres de l’ASBL Le Funambule pourrait être une réelle plus-value dans cette discussion, c’est pourquoi nous vous sollicitons plus particulièrement. »

Une réunion de préparation est prévue le vendredi 5 mars 2021 par TEAMS à 10h (maximum d’une heure).

Comment s’inscrire ?

Les inscriptions se prennent auprès du secrétariat de la LUSS luss@luss.be : pouvez-vous préciser si vous participez à la réunion de préparation et/ou à la rencontre avec Solidaris. Les liens de connexion vous seront envoyés en retour.

Plus d’infos

Pour toute information complémentaire, vous pouvez contacter :

Thierry MONIN, chargé de projet – courriel : t.monin@luss.be 

ou Claire SERVAIS, chargée de projet – courriel : c.servais@luss.be

Voici  également les recommandations formulées par la LUSS et les associations de patients à propos de la relation patient – médecin conseil. Ces rencontres permettront par la suite d’actualiser ce document.

 

N’hésitez pas à partager cette information.

Offre de bénévolat

Offre de bénévolat

La santé mentale est un domaine qui vous intéresse ? Vous êtes à l’aise avec les réseaux sociaux et la communication en général ? N’hésitez pas à nous contacter afin de rejoindre l’équipe !

Actuellement, nous recherchons en effet une ou deux personnes désirant participer à la communication de l’ASBL et à la recherche de fonds. L’ASBL Le Funambule vient en aide aux personnes vivant avec un trouble bipolaire et leurs proches. Notre raison d’être est de permettre la rencontre et l’entraide entre personnes concernées, de près ou de loin, par les troubles bipolaires. Une de nos missions phares est l’organisation de groupes de parole. Via notre site, www.bipolarite.org, et d’autres actions comme des événements, nous fournissons des informations et luttons contre la stigmatisation des personnes souffrant de bipolarité.

Mission

Voici un aperçu des missions que vous pourrez entreprendre. Vous ne devez pas savoir tout faire, n’hésitez pas à nous faire part de vos intérêts, compétences et disponibilités.   

  • Rédaction d’articles pour le blog
  • Gestion des réseaux sociaux (Facebook et LinkedIn)
  • Création d’une newsletter mensuelle
  • Mise à jour du site (WordPress)
  • Distribution d’affiches dans des centres de santé mentale
  • Recherche de fonds et de donateurs

Horaires de prestations

Quelques heures par semaine, à définir ensemble selon vos envies et disponibilités.

Le Funambule offre

  • L’insertion dans une équipe bienveillante
  • Une expérience dans le domaine de la santé mentale, communication et/ou fundraising

Contact

Vous êtes motivée et souhaitez aider Le Funambule ? Merci de nous envoyer un email avec votre CV et motivation à cette adresse : info@bipolarite.org

Rencontre avec Claire, communicante au Funambule

Rencontre avec Claire, communicante au Funambule

Solidarité, convivialité et partage sont au cœur des missions de Claire, administratrice au Funambule. Elle participe à améliorer la communication de l’ASBL. En septembre 2020, Claire a d’ailleurs créé un groupe de soutien sur Facebook, qui compte à ce jour près de 130 membres. Retour sur cette belle aventure.

« Quand je me suis intéressée au Funambule, j’ai consulté le site internet et la page Facebook, deux supports de communication que je trouvais de qualité. Mais j’ai constaté qu’il y avait peu de commentaires sur Facebook et une réflexion est née… Quand on a un trouble bipolaire, on n’a pas forcément envie que des amis Facebook soient au courant. Par contre, Facebook est un beau moyen de pouvoir échanger à ce propos. Les groupes privés sur Facebook offrent la possibilité de discuter dans un espace plus confidentiel. En effet, les publications et commentaires ne sont pas publics.

« Et si on lançait un groupe privé sur Facebook ? »

Je suis membre de groupes français sur la bipolarité et je me suis dit : pourquoi pas un groupe privé belge ? J’ai donc créé cet espace de communication entre pairs et avec les proches de personnes vivant avec un trouble bipolaire.

La gestion au quotidien : plaisir et rigueur

Gérer ce groupe privé est un plaisir pour moi. Depuis les débuts des réseaux sociaux, j’ai tout de suite apprécié cet outil et suis à l’aise en tant que community manager. Tous les jours, je valide les demandes d’adhésion. Les nouveaux membres sont acceptés s’ils répondent à deux questions :  1. Quel est votre lien avec la bipolarité. 2. Acceptez-vous les règles du groupe (confidentialité et respect des autres) ? Il est en effet important à mes yeux que ce groupe soit bienveillant, que tout le monde s’y sente bien.

Une animatrice et des membres actifs !

Les personnes qui nous rejoignent peuvent poser les questions qu’elles souhaitent. Les contacts permettent de briser la solitude et d’obtenir un soutien. En effet, les groupes de parole du Funambule ne se déroulent pas tous les jours et, ici, les membres peuvent intervenir à tout moment. Il y a une dizaine d’habitués qui postent des commentaires plusieurs fois par semaine. Pour favoriser l’expression et instaurer une ambiance conviviale, je poste par exemple des publications sur le trouble bipolaire, des sondages sur l’humeur du moment des membres. Nous avons aussi un chouette petit rendez-vous hebdomadaire : « le mot de la semaine ». Les membres sont libres de commenter ou pas, cela ouvre le champ des possibles. Le mot « identité », par exemple, avait donné lieu à de nombreuses réactions. Je réponds à des commentaires au nom du Funambule mais aussi, parfois, en mon nom propre, quand des thèmes me touchent de façon plus personnelle.

Des « salons » pour discuter en vidéo

J’ai récemment lancé un salon de conversation : on se confie, on parle de tout. On rit beaucoup aussi ! Le concept rejoint celui des groupes de parole mais est différent. Dans les deux cas, on est entre personnes bienveillantes, qui savent ce qu’est la bipolarité puisqu’elles la vivent, en tant que proche aussi. Ce qui me ravit, ce sont les initiatives qui voient le jour comme celle, récente, d’une dame qui a proposé des balades. D’autres ont suivi. C’est super !

Des idées pour mieux faire connaître Le Funambule 

Depuis que je suis au Funambule, j’apprécie énormément la latitude que l’on me donne pour mettre en place les quelques idées que j’ai eues. J’ai par exemple suggéré qu’on change de nom de domaine (anciennement, le site était : www.infofunambule.be). Chose faite (www.bipolarite.org) : j’ai épaulé Steve dans la refonte du site. Puis, j’ai proposé un blog. La semaine passée, j’ai lancé la page LinkedIn sous les bons conseils de Jean-Marc. Je rêve aussi que Le Funambule communique via un Instagram. Ah, et une autre idée germe dans mon esprit : créer un concept « Fun en Bulle ». Suite à une discussion avec le réalisateur de The 108 Journey, Hugo Rozon, on s’est dit que ce qui manque dans le « monde » de la bipolarité, ce sont, outre les groupes de parole, des espaces pour vivre d’autres choses… C’est un peu dans l’esprit des balades, ce serait des activités pour les personnes bipolaires et leurs proches, ouvertes à tous, mais un peu encadrées. Je vois bien un barbecue, une sortie à un concert, partager un moment autour d’un repas ou encore la descente de la Lesse en kayak. Du fun, quoi !

Propos recueillis par Franca Rossi