Un livre porteur d’espoir pour les personnes bipolaires

Un livre porteur d’espoir pour les personnes bipolaires

Bernard Meurisse publie « Millésimes ou Les aventures trépidantes d’un bipolaire assumé », dans sa propre maison d’édition, 60’ chrono. Il y raconte son cheminement vers l’équilibre et souhaite, par son témoignage, aider ses pairs funambulesques.

Bernard a 64 ans et vit avec le trouble bipolaire. Il a voulu partager son expérience et a commencé à écrire son livre en août 2021.

« Avant, j’écrivais beaucoup, de par mon métier » explique-t-il. « Pour ce livre, j’ai travaillé avec Deborah De Carignac, écrivaine, on a procédé par interviews ».

« Millésimes » retrace le parcours de Bernard depuis 2017. « J’ai été dépressif pendant deux ans, j’avais perdu toute force, mon cerveau fonctionnait beaucoup plus vite que celui de Monsieur et Madame tout le monde. Et je m’en suis sorti tout seul, sans aide. Nous, les personnes bipolaires, on nous prend pour des fous, or, on est juste différents. ».

L’auteur insiste sur le fait que ses pairs doivent apprendre à identifier leurs forces et les utiliser pour se sentir mieux. 

« Dans la phase de remontée, on a un esprit créatif mais il ne faut pas que cette créativité devienne un délire. En 2017, j’avais une créativité déstructurée, j’ai appris à la restructurer et à capitaliser sur mes erreurs. Je suis sortie de ma dépression en 2020. Quand la pandémie a commencé, les réseaux sociaux ont débordé. Pour ma part, j’ai repris goût à la vie grâce à Facebook. En effet, j’ai discuté intensivement de manière virtuelle et, progressivement, dans la vie réelle ».

Dans son livre, Bernard évoque son quotidien, ses rencontres, ses voyages en Afrique. « En juillet, c’est la saison des pluies, j’ai beaucoup été aidé par les plus pauvres. Mon livre, c’est tout ça mais aussi des réflexions sur le divorce, le climat, l’éducation, … Le ton est satirique, sarcastique, avec un humour belge très décalé ».

Interview réalisée par Franca Rossi

« Millésimes » est en vente sur Amazon

Semaine de la santé mentale : interview du CRESaM

Semaine de la santé mentale : interview du CRESaM

La semaine de la santé mentale se déroule dans le cadre de la Journée mondiale de la santé mentale du 10 octobre. Julie Delbascourt, coordinatrice de la semaine de la santé mentale en Wallonie pour le CRéSaM (Centre de référence en santé mentale), nous en parle.

 complet de « En 2011, le CRéSaM a organisé une semaine antistress pendant quatre ans et, en 2015, c’est devenu la semaine de la santé mentale. Cette année, le programme comporte 57 activités en vrai, 8 en ligne et une journée d’études à Namur le 12 octobre.

Franchir la porte d’un service de santé mentale ou consulter un psychologue est une démarche un peu difficile pour de nombreuses personnes. Cela est dû aux représentations qu’on se fait de la santé mentale mais aussi d’une méconnaissance de ce en quoi consistent les aides dans ce domaine. La semaine que nous organisons permet de montrer la diversité des aides et soutiens dans le secteur et qu’elles ne se limitent pas aux hôpitaux psychiatriques et consultations privées.

On souhaite donner une visibilité aux acteurs de terrain, également pour déstigmatiser la santé mentale car des citoyens ont une vision stéréotypée des soins. On veut donc contribuer à favoriser l’accès à ces soins et éviter en définitive, que les gens ne se retrouvent dans des situations dont ils ne peuvent plus sortir. C’est donc une démarche de prévention et nullement juste un coup de com’.

L’objectif est de mener une réflexion, en réunissant professionnels, usagers et proches, sur une question centrale : quels soins en santé mentale veut-on pour demain ? ».

Programme de la semaine de la santé mentale

Le groupe de parole de Namur reprend en septembre

Le groupe de parole de Namur reprend en septembre

Bonne nouvelle ! Le groupe de parole de Namur reprendra ce lundi 6 septembre de 15 h à 17 h. Pour les habitués, notez bien cette nouvelle adresse : ans les locaux de la LUSS (Ligue des Usagers des Services de Santé), situés avenue Sergent Virthoff 123 à 5000 Namur.

Transports : au départ de la gare de Namur, bus 27, arrêt Namur-Expo, puis environ 5-10 minutes à pied. Si vous venez en voiture, stationnement gratuit aisé face au bâtiment de la LUSS.

Nous avons hâte de vous y retrouver !

La DH en parle ici.

Tournai : un nouveau groupe de parole

Tournai : un nouveau groupe de parole

NOUVEAU !

Nous vous retrouvez désormais chaque premier mardi du mois à Tournai !

Rendez-vous ce 7 septembre à 17h30 pour le tout premier groupe de parole tournaisien.

Les groupes de parole du Funambule sont destinés aux personnes vivant avec un trouble bipolaire ainsi qu’à leurs proches.

Retrouvez-nous à Tournai chaque premier mardi du mois de 17h30 à 19h30.

 

 

 

En savoir plus sur les groupes de parole du Funambule.

groupe parole liège funambule

Adresse :

La Maison des Associations et de l’Événementiel

25 rue de la Wallonie

7500 Tournai

( Arrêt de bus Dôme ou Beffroi )

Prochaines dates :

Ils ont lieu chaque 1er mardi du mois de 17h30 à 19h30 (accueil dès 17h15)

7 septembre 2021

5 octobre 2021

 16 novembre 2021

Inscription obligatoire :

0470 35 69 70 (David)

Logo Bulle d'OxyGem
Le Funambule lance son module de psychoéducation à Bruxelles

Le Funambule lance son module de psychoéducation à Bruxelles

Les troubles bipolaires rythment votre quotidien ? Quand les semaines ressemblent à des montagnes russes, quand l’humeur joue au yo-yo… On ne va pas se mentir : c’est difficile. Tant pour la personne qui souffre de la bipolarité que son entourage. Pour vous aider, nous avons mis en place un module de psychoéducation, en collaboration avec deux psychiatres, Dr Laurence Jeunieaux et Dr Daniel Souery.

Dans un mois, Jette accueillira le tout nouveau programme de psychoéducation du . Pour en parler, nous avons fait appel à Sarah Louis, psychologue clinicienne, qui animera les 9 séances avec Steve Gravy, bénévole du Funambule.

La psychoéducation, c’est quoi ?

C’est un programme d’apprentissage à la gestion d’une situation spécifique : ici le trouble bipolaire.

Cet apprentissage va se réaliser au cours de séances interactives durant lesquelles les animateurs vont développer :

  • L’échange d’avis et d’expériences entre les participants ;
  • Des informations théoriques apportées par les animateurs ;
  • La réalisation d’exercices permettant l’intégration des connaissances et expériences.

Au terme de ce programme, chaque participant aura constitué un dossier de bipolarité, contenant les outils et informations qui lui permettront de gérer sa maladie de la façon la plus autonome possible.

La psychoéducation a principalement comme but de prévenir les rechutes en rendant les personnes vivant avec un trouble bipolaire véritablement actrices et expertes de leurs soins. Elle permet également une rencontre profonde avec soi-même ainsi qu’avec d’autres personnes traversant les mêmes épreuves. L’objectif de ce module n’est pas d’imposer une expertise et des théories, mais d’offrir aux participants la possibilité de comprendre leur propre fonctionnement.

À qui s’adresse la psychoéducation ?

La psychoéducation s’adresse à l’ensemble des patients, mais également aux proches (conjoint, famille, amis). Elle peut être mise en place dès le premier épisode, en période de stabilisation mais également à la fin d’une hospitalisation.

Sarah Louis

Psychologue clinicienne

En quoi peut-elle aider une personne atteinte de troubles bipolaires ?

Les objectifs principaux pour les participants sont d’une part, mieux connaître et comprendre le trouble bipolaire avec ses symptômes, ses traitements, ses possibilités d’évolution. Et d’autre part, permettre d’adopter des stratégies personnelles efficaces pour lutter contre les rechutes, les conséquences personnelles, familiales et sociales de la maladie.

Steve Gravy

Pair-aidant

Outre la volonté d’apporter des informations théoriques et pratiques, ces séances souhaitent également déstigmatiser ce trouble en offrant la possibilité de comprendre plus en profondeur les ses mécanismes sous-jacents. Elle apporte également un espace de libre parole, de non-jugement et d’empathie où les participants sont amenés à se dévoiler, dans toute leur singularité. En effet, je reste persuadée que c’est la parole des participants qui va avoir un réel impact sur les autres, et pas seulement les informations théoriques qu’ils peuvent recevoir.

Sarah Louis

Psychologue clinicienne

La psychoéducation peut-elle remplacer un suivi médical ?

Alors non, la psychoéducation ne souhaite pas se substituer à un suivi médical. Elle souhaite avant tout vulgariser les mécanismes des différents traitements afin d’augmenter la compliance à ceux-ci. Les soins des troubles bipolaires s’appuient sur l’adoption d’un mode de vie sain et régulier ainsi que la combinaison des différentes stratégies telles que les prescriptions médicamenteuses et les psychothérapies.

Sarah Louis

Psychologue clinicienne

Non, c’est un complément au suivi médical pour devenir le propre spécialiste de son propre trouble bipolaire. Toutefois, l’encadrement médical d’un professionnel de la santé mentale reste primordial.

Steve Gravy

Pair-aidant

En tant que professionnelle de la santé mentale/pair-aidant, que vas-tu apporter aux personnes qui participeront aux modules ?

Je suis très heureuse de coanimer ces séances avec Steve. J’envisage celles-ci comme des rencontres bilatérales où nous apprendrons de séance en séance à se découvrir via les interactions avec chaque membre du groupe. Je ne souhaite pas me positionner en tant que « professionnelle de la santé mentale » car la véritable expertise se trouve dans l’expérience du trouble en lui-même. Je pense néanmoins pouvoir apporter des touches théoriques et pratiques tout en restant garante d’un cadre d’échange bienveillant et libérateur pour quiconque souhaite participer à ces séances.

Sarah Louis

Psychologue clinicienne

Je peux apporter le partage de mon expérience de vécu. Je vis moi-même avec un trouble bipolaire et je propose ce type de programme en tant que pair-aidant. J’ai eu l’occasion de prendre du recul par rapport à mon propre trouble et, dans ce sens, je suis à même d’« utiliser » mon histoire personnelle comme outil de soins pour mes autres « bipotes ».

Steve

Pair-aidant

Modalités

Calendrier des séances

 

  • 22/09/21 – Séance 1 : Présentation du programme, la psychoéducation et le diagnostic des troubles bipolaires.
  • 06/10/21 – Séance 2 : vulnérabilité aux troubles bipolaires
  • 20/10/21 – Séance 3 : La manie, l’hypomanie et les états mixtes
  • 03/11/21 – Séance 4 : Les états dépressifs
  • 17/11/21 – Séance 5 : Normothymie et la détection précoce des nouveaux épisodes
  • 01/12/21 – Séance 6 : Moodcompanion et introduction aux traitements pharmacologiques
  • 15/12/21 – Séance 7 : Comorbidités et prises en charge psychothérapeutique
  • 12/01/22 – Séance 8 : Vivre au quotidien avec le trouble bipolaire
  • 26/01/22 – Séance 9 : Conclusion du programme et entretien d’évolution

Inscriptions clôturées

Notre module de psychoéducation est victime de son succès et est déjà complet !

 

Pour être tenu(e) informé(e) de notre prochain module, abonnez-vous à notre newsletter ou suivez-vous sur Facebook !

 

Sarah Louis a réalisé son mémoire sur la stigmatisation et s’était alors rapprochée du Funambule, nous en parlions ici.